Le suivi et l’accompagnement au titre du RSA

Nouvelle formation
Panorama des dispositifs. Quelles places pour les élus et les agents ?

CONTEXTE

La loi RSA qui a succédé au RMI avait pour vocation première de redynamiser l’insertion professionnelle des publics, souvent les plus éloignés de l’emploi, en encourageant la reprise d’une activité professionnelle (RSA socle, RSA activité).

La loi RSA préconise que le public est orienté en priorité vers le Pôle Emploi lorsqu’il n’est pas fait état de problèmes de santé ou de logement. Depuis 2014, constatant les difficultés spécifiques de ces publics, il a été mis en place un partenariat État-Département, instituant l’approche globale. Il s’agit dans cette perspective de permettre au conseiller Pôle Emploi, souvent référent RSA, de travailler davantage en lien avec les services du département dans la résolution de certaines problématiques sociales.

Une grande moitié des allocataires du RSA est quant à elle orientée vers des structures d’insertion sociale et professionnelle (quand le Département n’en dispose pas lui-même) notamment des associations, les PLIE, les CCAS.

Cependant, face aux difficultés rencontrées dans le suivi et l’accompagnement du public (absences au rendez-vous, violences verbales, manque de motivation des publics), le travailleur social se trouve parfois démuni et sans réponse (supervision, coaching, groupes projets, mise en œuvre des droits et devoirs de l’usager dans un climat serein). L’usure professionnelle, des souffrances multiples et la démotivation se font sentir.

Enfin, l’importance des flux à l’entrée dans ce dispositif génère des difficultés à traiter des orientations par les services instructeurs (équipes pluridisciplinaires instituées par la loi RSA). Conséquence : il arrive, de plus en plus souvent, que le Contrat d’engagement réciproque (CER), soit établi avec le bénéficiaire sans passer par cette étape prévue par la loi.

PROGRAMME

  • Resituer le cadre de la loi RSA
  • Comprendre les engagements de son institution, ses sources de financements
  • Composer avec les contraintes institutionnelles et s’affirmer dans son métier
  • Rompre avec l’isolement professionnel et renforcer les échanges de pratiques, et le travail en équipe et le partenariat interne / externe
  • Identifier les problématiques et proposer à sa hiérarchie les moyens d’y remédier
  • Comment la participation des usagers peut-elle contribuer à responsabiliser davantage les différents acteurs dans une dynamique constructive tant sur le volet social que professionnel
Intervenant

BEN BACHIR Abdelhafid

Formateur, expert spécialisé dans l’insertion sociale et professionnelle des jeunes et des adultes en difficultés, principalement en milieu associatif, depuis près de 30 années.
Il a accompagné plusieurs collectivités, dans le cadre des clauses d’insertion dans les marchés publics notamment auprès de la communauté d’agglomération de Plaine Commune (93).
A ce titre, il s’est principalement investi, en qualité de consultant, dans le suivi socioprofessionnel des salariés en insertion.
Il a aussi accompagné la mise en œuvre de la loi RSA dans le département du Cher et l’animation du dispositif dans le département du Pas-de-Calais.
Public
Élu(e)s, collaborateurs d’élu(e)s, cadres administratifs, agents de la collectivité
Durée
1 journée (9h - 17h)
Dates
Lundi 4 février 2019
Lieu
IFET, Paris