Du 1er outil au transhumanisme : penser la société et les territoires numériques de demain

Nouveau

CONTEXTE

Depuis la Préhistoire, l’apparition du nomadisme puis des sociétés agricoles, l’évolution des systèmes techniques a impacté en profondeur les relations humaines et leurs organisations. Au cœur de cette évolution, les systèmes d’information et de communication ont joué un rôle fondamental.

La transition numérique que vivent les sociétés contemporaines s’inscrit dans la longue histoire des rapports de l’homme à la technique et à la connaissance. Cette histoire est caractérisée par le pouvoir du rêve technique humain. Sa puissance est proportionnelle au sentiment d’incomplétude ressenti individuellement et/ou collectivement dans les organisations humaines.

Le transhumanisme qui se déploie dans les sociétés du XXIe siècle comme un mouvement culturel et intellectuel international corrélé à l’hybridation de l’intelligence artificielle, des sciences de la cognition, des nanotechnologies, du génie génétique, des sciences informatiques et algorithmiques, apparaît comme un mouvement enraciné dans l’histoire des sociétés humaines. Mouvement d’autant plus puissant qu’il est soutenu par la dynamique des empires multinationaux nés au cours des 20 dernières années de la maîtrise mondiales de la collecte, du traitement et de la diffusion des données numériques.

Ce mouvement considère certains aspects de la condition humaine tels que le handicap, la souffrance, la maladie, le vieillissement ou la mort subie comme inutiles, indésirables et dépassables. La perspective transhumaniste promeut à la fois :

  • l’amélioration de la condition humaine par des technologies d’amélioration de la vie, ayant pour but l’élimination du vieillissement et l’augmentation des capacités intellectuelles, physiques ou psychologiques
  • l’étude des bénéfices, des dangers et de l’éthique du développement et de la mise en œuvre de ces technologies
  • À ce titre, elle suscite autant de dynamiques d’innovation et d’investissement que de fantasmes et de démagogie qui troublent et rendent complexes l’exercice de la démocratie et la décision publique.

OBJECTIFS

Le séminaire « Penser le transhumanisme ! » a pour objectif de mettre en perspective ce mouvement de pensée, d’identifier ses fondements, ses composantes, ses dynamiques, de fournir des clés pour la compréhension de ses enjeux et surtout pour mener et circonscrire les débats publics qu’il suscite dans le cadre de l’élaboration des politiques publiques d’innovation et d’avenir liées à la transition numérique.

Intervenant

QUIGNAUX Jean-Pierre

économiste et diplômé d’études supérieures de Défense. Jean-Pierre Quignaux est responsable de la mission « Usages et services numériques, innovation et aménagement numérique du territoire » de l’Assemblée des Départements de France.
Public
Élu(e)s, collaborateurs d’élu(e)s, cadres administratifs, agents de la collectivité
Durée
1 journée (9h - 17h)
Dates
Mercredi 6 décembre 2017
Mercredi 14 mars 2018
Lieu
IFET, Paris